Certaines fonctionnalités du site recourent à l'utilisation des cookies (connexion au site, statistiques de consultation, etc.). Vous pouvez bloquer tout ou partie des cookies au niveau de votre navigateur. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

Bourse 8 Octobre 2017

 

Deuxième visite au Centre d’archives Peugeot de Terre Blanche

Créé par Renaud Création 7 décembre 2016 Revu par Renaud Dernière révision 10 mars 2017 Catégories Les actualités Photo, vidéo,... Photo Événement* Visite Date de début*
2016-10-03T00:00
Date de fin
2016-10-03T00:00
Affichages 1021 affichages Évaluations (cliquez)
Note moyenne
1

161125-peugeot-terre-blanche-077

Vendredi 25 novembre, nous nous sommes à nouveau rendus au centre des archives Peugeot de Terre Blanche afin de terminer le travail de numérisation de la documentation Terrot. Cette fois l'équipe était composée de six membres du club : Pierre-Jean Chevalier, Paul Faerdig, Jean-Luc Forestier, Gérard Daveau, Gérard Hérisson et moi-même.

En milieu de journée, Mathieu Petitgirard s'est proposé de nous faire une courte visite du site en allant à l'essentiel. Comme j'étais occupé à faire des photos, je n'ai pas prêté attention à tout ce qui s'est dit. Les coéquipiers qui avaient tout le loisir de suivre la visite complèteront ou me corrigeront peut-être dans les commentaires.

Entre deux photos, voici ce que j'ai retenu de la visite :

Les archives sont entreposées dans des locaux à taux d'hygrométrie et température constants. Le système d'extinction automatique des feux utilise un gaz composé d'azote, plutôt que de l'eau pour des raisons évidentes de risque de détérioration les archives (bien qu'il soit évidemment préférable que les archives soient mouillées plutôt que brûlées).

Nous consultons des documents fondateurs de la Société anonyme des automobiles et cycles Peugeot datés de 1910, ainsi que des lettres d'Armand Peugeot essayant de convaincre des investisseurs de l'avenir de l'automobile naissante. De même, nous pouvons admirer des affiches Peugeot ainsi que des lithographies soigneusement rangées dans des tiroirs.

On estime en tout de 8 à 10 km la longueur de l'ensemble des archives mises bout à bout. Cette longueur s'obtient simplement en multipliant la longueur du rayon de l'étagère par le nombre de rayons occupés par les archives. (Il s'agit d'une valeur théorique, d'une estimation. Elle suppose que les archives soient rangées verticalement dans les rayons des étagères, qu'il n'y ait qu'une seule rangée d'archives par rayon, que les rayons soient complets, que les cartons dans les étagères soient complets, etc.)

Les archives Peugeot se composent également de photos sur papier ou sur plaques de verre, par exemple cette photo probablement prise pendant la traversée du Sahara ou de l'Afrique par Citroën. On trouve également de nombreuses bobines de film conservées et dont il est difficile d'estimer la longueur totale. Les murs sont décorés de photos de Doisneau créées à la suite d'une commande de Peugeot, mais pour lesquelles il n'y aurait malheureusement pas eu de contrat de cession des droits.

Après être passé par l'entrepôt de réception des archives, on nous présente un scanner haute résolution qui corrige automatiquement les déformations des archives numérisées. On admire également une ébauche de DS.

Puis, à l'issue de la visite, Jean-Luc nous convie à un pot de l'amitié avec l'équipe de Terre Blanche avant que nous reprenions la route.

Comme convenu, une copie des archives que nous avons numérisées durant la journée est laissée sur l'ordinateur du Centre de même qu'une copie de tous les plans d'usine Terrot numérisés par l'ARBRACAM.

Merci à Mathieu Petitgirard pour la visite et à toute l'équipe pour leur accueil.

Retrouvez ces images et d'autres dans la galerie photo du site.

Vous n'avez pas les droits pour publier des commentaires